Diagnostic du secteur de l?enseignement préélémentaire


Après la présentation du secteur éducatif comorien ainsi que le diagnostic global du secteur de l’éducation, veuillez trouver ci-dessous, le diagnostic de l’enseignement préélémentaire du plan directeur de l’éducation 2010-2015 qui vient d’être validé ce vendredi 16 juillet 2010 à l’issue d’un atelier de travail de quatre jours
organisé par le Ministère de l’éducation Nationale.

L’enseignement préscolaire est dispensé dans trois types d’écoles préélémentaires et accueille dans les enfants âgés de 3 ans révolus, dans la limite des places disponibles :

? L’école coranique traditionnelle,
? L’école coranique rénovée,
? L’école communautaire
? L’école maternelle privée.

Accès

Les écoles coraniques traditionnelles accueillent beaucoup d’enfants d’âge scolaire. Suite à l’enquête réalisée en 2007 dans 80 localités (sur 331) à forte population, 73 390 enfants dont 50.9% des filles sont recensés dans les écoles coraniques traditionnelles, avec une proportion des enfants de 3 ? 5 ans représentant 31.2%. Il faut noter que cette enquête s’est déroulée sous une forme qualitative pour mesurer le niveau de perception des acteurs locaux sur le développement de l’éducation de la petite enfance et comprendre l’implication des communautés et l’adhésion des parents aux écoles coraniques.

Ainsi, l’accès en masse à l’école coranique s’explique par la confiance que les familles portent à cette institution séculaire plus proche de la société comorienne fortement islamisée, d’une part, et par le coût d’accessibilité quasiment nul, d’autre part. Malgré sa mission de socialisation de l’enfant comorien et la forte adhésion communautaire, les écoles coraniques traditionnelles maquent cruellement d’infrastructures et de moyens matériels et la contribution financière de la part des pouvoirs publics n’est pas claire pour soutenir le type d’enseignement. C’est pourquoi, l’enseignement coranique évolue dans un système libéral sans programme d’enseignement officiel, ni projet de formation des maîtres.

L’école coranique rénovée est une initiative lancée depuis 1998 pour promouvoir le développement de la petite enfance aux Comores au profit surtout des enfants les plus pauvres et plus vulnérables. Afin de prendre en compte cette préoccupation, d’une part, et par souci d’harmonie avec la loi portant orientation sur l’éducation, d’autre part, le Ministère de l’Education Nationale, en partenariat avec l’UNICEF, initie l’introduction des activités d’éveil et ludiques et des méthodes actives d’apprentissage dans certaines écoles coraniques dans le cadre d’un projet d’expérimentation. La phase expérimentale menée dans l’ensemble du pays, dans 12 écoles pilotes et une école préscolaire de référence a abouti à la mise en place d’un dispositif de développement de l’enseignement coranique rénovée (programme élaboré, matériels didactiques, etc.), à la construction des prototypes d’école coranique rénovée, et à la création d’une base de données des localités identifiées pour la mise en place des ECR.

L’école maternelle est calquée sur le modèle français. Ces écoles sont implantées principalement dans les centres urbains et accueillent les enfants âgés de 3 à 5 ans dont les familles peuvent supporter les frais divers de scolarisation jugés d’ailleurs très élevés et estimés en moyenne à 125 000 FC par an et par enfant, ce qui avoisine le PIB par tête. Leur organisation répond à un schéma de développement de l’enfant selon son âge.

Pour accroitre le taux de scolarisation de 2,5% observés en 2007, le Gouvernement de l’Union des Comores déploie d’énormes efforts pour améliorer l’accès à un enseignement préscolaire favorisant la socialisation de l’enfant comorien, son éveil et son développement cognitif et psychomoteur. Il a ce faire adopté l’introduction de l’enseignement coranique rénovée dans le système éducatif nationale au lieu de le laisser à l’initiative des communautés locales et du secteur privé.

Efficacité

Les efforts engagés par le secteur dans le domaine de l’enseignement préscolaire coranique visent surtout à organiser le processus d’enseignement et d’apprentissage progressif. Toutefois, l’enseignement préscolaire souffre de prise en charge effective par la politique éducative. Aucune part des dépenses publiques relatives à cet enseignement n’est prévue dans les prévisions budgétaires de l’éducation. Le financement de ce niveau d’enseignement est exclusivement laissé à l’initiative des familles et des communautés. Pourtant, au stade de bas âge, les coûts sociaux pour la survie, la protection et le développement de l’enfant sont très élevés. C’est la raison pour laquelle les familles opèrent généralement le choix en faveur de l’enseignement coranique, d’autant plus que les fondements socioculturels de ce type d’enseignement constituent un passage obligé pour tout enfant comorien.

Qualité

Les résultats observés de la première génération des enfants ayant suivi l’expérience pilote de l’enseignement coranique rénové en 1998 ont été présentés par l’école de référence et révèlent que ce type d’enseignement renforce le fondement de la socialisation et du développement de la personnalité de l’enfant comorien, car transmet les valeurs socioculturelles acceptables pour une bonne intégration dans la vie sociale. Les enfants ayant suivi ce programme acquièrent des compétences dans les trois langues officielles du pays, à savoir le français, l’arabe et le shikomori.

Pour le préscolaire moderne, bien que le système éducatif ne dispose pas de tous les intrants nécessaires à ce niveau d’enseignement, le secteur privé de l’éducation s’organise pour offrir un enseignement de qualité. On doit reconnaître que la plupart des écoles maternelles privées fournissent des efforts considérables pour réserver un cadre pédagogique conforme aux exigences de la préparation des enfants à poursuivre l’enseignement élémentaire.

Accélérer l’accès aux initiatives de développement de la petite enfance à travers l’intégration de l’enseignement coranique rénové dans le système éducatif national constitue le défi majeur pour assurer la réalisation de l’objectif premier de l’EPT « développer et améliorer sous tous leurs aspects la protection et l’éducation de la petite enfance, et notamment des enfants les plus vulnérables défavorisés ».

Lire l’article sur http://comoresdroit.centerblog.net/290-Diagnostic-du-secteur-de-l-enseignement-preelementaire

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Afin de garantir un bon esprit de participation, les modérateurs se réservent le droit de supprimer/modifier tout message considéré comme publicitaire, hors-sujet ou abusif (notamment en cas de commentaire diffamatoire ou injurieux).

Autres articles :

Suivez nous :
Twitter Facebook  RSS

http://www.wikio.fr
Annonces
Mots clés
test