Coopération décentralisée avec l’UE: La préfecture de Nioumachoi à Mohéli assainit son fichier d’Etat-civil

Coopération décentralisée avec l'UE: La préfecture de Nioumachoi à Mohéli assainit son fichier d'Etat-civil

Parmi les problèmes cruciaux que connait l’administration comorienne, il y a celui de l’état civil. En plus du fait que plusieurs cas de nouveaux nés ne sont pas enregistrés à temps et d’autres qui ne sont pas du tout enregistrés, les registres de la préfecture sont souvent victimes d’incendies. C’est le cas de la préfecture du centre de Fomboni où tous ceux qui sont nés avant 1978 n’ont pas de registre dans ce bureau administratif.

« Ils ont été brûlés par des inconnus suite à des émeutes politiques » c’est la seule réponse qu’on peut obtenir des responsables. Le dernier cas à Fomboni, remonte à la période de la lutte mohélienne pour la tournante en 2010 où le bureau du procureur a été incendié et l’armoire qui gardait le deuxième exemplaire des registres d’enregistrement d’extraits d’acte de naissance était parti en fumée.

La préfecture de Nioumachoi n’est pas épargnée par ces actes de vandalisme dans ses services d’état civil. Il y a quelques semaines déjà ce bâtiment qui abrite la préfecture de Nioumachoi a été attaqué et la cible était les registres d’actes de naissance. Pour palier à ces problèmes, la mairie de Nioumachoi a pensé informatiser l’Etat civil. Elle a ainsi obtenu un financement de l’Union européenne à travers le PCD [Programme de coopération décentralisée] pour reconstituer l’état civil en commençant par la sensibilisation de la population, pour adhérer à cette idée.

Ce projet intitulé « Régularisation et informatisation des fiches d’état civil de la région de Nioumachoi » financé à hauteur de 16 millions 967 mille francs comoriens, dont la part de la communauté est estimée à 1 million 696 mille, va déplacer du tribunal de Fomboni jusqu’à Nioumachoi pour les jugements supplétifs qui se feront gratuitement pour les jeunes de moins de 18 ans n’ayant pas d’extrait de naissance répondants aux normes en vigueur.

« Pour les adultes de plus de 18 ans ils prendront en charge eux-mêmes les frais » explique Ali Twafi Madi, le Coordinateur du projet qui ajoute ensuite que c’est un projet pilote qui mérite d’être relayé par les autres préfectures. 4116 actes sur un total de 8000 dans toute la région, sont déjà enregistrés par ce projet.

Il est à noter que nombreux dans notre pays sont ceux qui ont des extraits de naissance qui ne figurent pourtant pas sur le registre. Ce système d’informatisation, une fois généralisé à l’échelle nationale va permettre aux citoyens comoriens de se procurer leurs documents d’état-civil partout où ils se trouveront sur toute l’étendue du territoire national, dans des conditions de sécurité et de fiabilité renforcées espèrent les promoteurs du projet.

Mouayad Salim

Lire l’article sur roinaka.skyrock.com

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Afin de garantir un bon esprit de participation, les modérateurs se réservent le droit de supprimer/modifier tout message considéré comme publicitaire, hors-sujet ou abusif (notamment en cas de commentaire diffamatoire ou injurieux).

Autres articles :

Suivez nous :
Twitter Facebook  RSS

http://www.wikio.fr
Annonces
Mots clés